Comme on mange avec tous les sens, j’ai décidé d’apprêter quelque chose de très coloré pour donner du punch à l’assiette (on s’entend que le panais, ce n’est pas très excitant côté couleur) et avec une texture purée pour balancer le côté croquant des röstis ; d’où l’idée de la purée de betteraves et haricots. C’était vraiment excellent ! Mon chum était un peu sceptique… “On mange juste ça ? Où sont les protéines ? C’est sûr que je vais avoir encore faim après ça.” Il a ravalé ses paroles ! Cinq à dix minutes après avoir fini de manger (il mange tellement vite qu’il y a souvent un décalage entre la fin de son repas et l’arrivée de son signal de satiété), il était plein.

On associe souvent les protéines à la viande, et c’est un concept tellement ancré dans les mentalités qu’il est parfois difficile pour certaines personnes de changer l’habitude de toujours avoir de la viande sur la table. Sachez que les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots…) sont une excellente source de protéines, en plus d’être riches en fibres, magnésium, antioxydants et autres nutriments. Étant donné leur teneur élevée en fibres, elles procurent une bonne sensation de satiété en plus d’aider à réguler votre appétit en ralentissant votre processus de digestion.

Si elles sont si géniales, pourquoi sont-elles aussi “rejet” ? Je crois qu’il s’agit d’abord et avant tout d’un manque de connaissances. On manque d’idées pour les préparer de manière délicieuse et les gens ne sont pas certains de la qualité des protéines qu’elles contiennent. En effet, les protéines contenues dans les légumineuses sont incomplètes. Une protéine est en fait une chaine d’acides aminés, comme un collier de perle. En ce qui concerne la viande, la volaille, le poisson, les œufs et les produits laitiers, cette chaine est complète, c’est à dire que tous les acides aminés sont présents. Dans le cas des protéines d’origine végétale, un ou des acides aminés sont manquants. La bonne nouvelle, c’est que ce ne sont pas les mêmes acides aminés qui sont manquants dans les légumineuses ou les noix que ceux qui sont manquants dans les produits céréaliers (riz, blé, avoine, quinoa, etc). L’autre bonne nouvelle, c’est qu’en autant que vous obteniez tous les acides aminés dont vous avez besoin dans la journée, vous obtiendrez tout ce dont vous avez besoin en terme de protéines (sauf si vous êtes enceinte ou en ce qui concerne les enfants, il faudrait alors s’assurer de combiner les protéines à chaque repas… N’hésitez pas à faire appel à moi pour vous aider à bien équilibrer votre alimentation si vous souhaitez opter pour le végétarisme!).

Maintenant que vous en savez plus, pourquoi ne pas tenter d’intégrer un repas par semaine à base de protéines végétales à votre alimentation ? La recette que je vous suggère ici serait une excellente manière de commencer ! Excellente en lunch, ou si vous souhaitez un repas plus léger ! Si vous recevez des amis à souper, pourquoi ne pas leur faire découvrir quelque chose de vraiment différent ? (Toutefois, si vous recevez de grands carnivores pour souper, je ne vous suggère peut-être pas cette recette… Essayez plutôt le chili blanc ou les hamburgers de tofu, qui sont des manières plus subtiles d’intégrer les légumineuses.)

Bon appétit !

M

Psst ! S’il vous reste de la purée, elle sera excellente dans un wrap (avec des épinards, de la luzerne et des juliennes de concombre) ou avec des crudités en collation.

#menoum

Please follow and like us:
Add to Favourites